Archive for the 'Rock and roll high school' Category

Love me nots … thunder.

Ola amigos,

Après une semaine où mon cerveau a été sollicité sur des projets d’un vide intersidéral, je devais me ressaisir. Quoi de mieux qu’un bon vieux concert des familles ?

C’est donc vers Le Plan que je me dirigeais en ce samedi, salle aussi mythique que pourrait l’être « Chez Paulette » dans ma Lorraine natale.

Etant de nature prévoyante et ne sachant jamais très bien combien de temps il faut pour circuler en région parisienne, j’arrive à Ris-Orangis avec une grosse heure d’avance. Et miracle des villes nouvelles, depuis ma dernière virée en ce lieu, ils ont construit un gymnase à proximité de la salle.

Et donc je patiente devant…. du basket, junior probablement, et un fameux Ris-Orangis contre Brunoy. Pas un grand match, mais l’ambiance me rappele mes propres années de sportif : gymnase à l’éclairage douteux, officiel du club local malhonnête puisqu’il oublie étrangement de comptabiliser les fautes de son équipe sur la table de marque, ambiance du coup un peu électrique…. Bref, c’est drôle.

Hélas, je ne pus assister à la fin du match, je n’allais pas manquer Eddie & the hot rods puis The Love Me Nots. Surtout que je possède une invitation télérama qui pour une place achetée me donne une place gratuite (c’est con, j’étais seul !!! C’est ça la loose entretenue et revendiquée).

Eddie & the hot rods (UK)

Ce n’est pas Eddie Mitchell mais c’est assurément la même génération. Eddie est un sorte de papy au look totalement improbable, t shirt bariolé de mauvais goût, foulards aux poignets, jeans pourri. Imaginez votre grand père avec des cheveux peroxydés et un look de hippie ???

Les hot Rods sont guère plus fringants. Mais bon, ils vont distiller un rock à réveiller les morts. La presse spécialisée les classe comme du pub rock comme les Dr Feelgood, mais c’est bien plus énergique avec notamment une reprise de Born to Be Wild des Steppenwolf eux mêmes classés comme du hard rock tendance blues. Enfin, on s’y perd dans toutes ces chapelles.

Malgré le poid des ages, l’ensemble reste crédible, Eddie, et ses 6000 dates au compteur, ne semble pas usé, il conserve et communique son énergie à la foule et bref, ça fonctionne sans que ce soit révolutionnaire.

The Love Me Nots (USA)

Ils nous viennent de Phoenix Arizona, et sont beaucoup plus jeunes…. et gloups… heu… comment dire…. ils sont composés de deux nenettes qui ont du passer au sex shop local pour trouver leurs tenues de scène, Nicole assurant le chant + orgue, Kyle Rose à la basse. Les deux acolytes mâles, à la batterie et à la guitare n’ont pas eu le même goût de se déguiser en Monsieur Esclave tout de cuir vétu. M’enfin, ouf, Clémentine Autain n’était pas dans la salle, pour railler ces clichés sexistes.

Ca reste du rock garage énergique avec une touche sexy de par la présence des deux lolitas affriolantes. Télérama les classe comme des descendants du Gun Club, la parenté ne m’apparait pas évidente. Je passe un excellent moment, la salle s’est étrangement vidée entre les deux sets, la foule devait être là pour le vénérable Eddie (vu l’age du public, c’était prévisible). Mais, c’est pas mal, du coup, j’achète un CD et ce matin, j’écoute en boucle les Love Me Nots même si là encore, ce n’est pas révolutionnaire.

Demain, retour dans l’informatique, ça me casse déjà les couilles à l’avance.

BenLori

 

Published in:Rock and roll high school |on novembre 27th, 2011 |No Comments »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 91 articles | blog Gratuit | Abus?