Archive for avril, 2016

Delocalisation

Ola amigos

Me voilà au centre délocalisé en lointaine banlieue, là où les loyers sont peu chers, les petites frappes nombreuses et le danger partout. Dans le train, pour rejoindre le bâtiment sécurisé, tout le monde tremble, et regarde l’autre avec crainte et circonspection. Vous ajoutez mes inconscients de frères qui m’ont poussé à m’équiper d’un be bop de dernier cri, suscitant l’envie des zonards locaux. A se demander si mes frangins ne souhaitent pas ma mort, afin de mettre main basse sur mes économies (et de mon super be bop).

Ainsi  mes collègues prestataires sont majoritairement remontés en venant ici. C’est très français de se plaindre tout de même.

De mon équipe « Comptabilité Analytique et Mouvements Financiers Offshorisés », nous sommes deux à avoir été envoyés en enfer. Foldingue, le bien nommé est furieux. Je ne comprends pas très bien, il doit faire 3 heures de train pour venir, ne sait-il pas que les voyages forment la jeunesse ?

Il est jeune, encore fougueux et pleins d’idéaux. Moi, je suis résigné donc j’ai pris la nouvelle de la délocalisation avec philosophie. Arpajon, Vaureal ou Bagdad, c’est la même merde partout, les projets informatiques sont les mêmes : ennuyeux, et d’un intérêt douteux.

En fait, je suis même plutôt content, non pas que mon nouvel open space soit peuplé de nymphettes affriolantes, mais parce que vous mettez un anarchiste à 1 heure de sa hiérarchie, il ne peut être qu’heureux. Plus de points équipe, de réunions rasantes, pratiquement plus de comptes à rendre, juste quelques entretiens téléphoniques informels, des horaires calqués sur mon activité, plus de pression pour rester le soir juste par pure hypocrisie de montrer qu’on est présent. Et surtout…. Accès à youtube, et donc je bosse en musique ! Et programmer avec Corkney Rejects dans les oreilles, c’est quand même plus agréable que les discussions des collègues qui se demandent si pour un support Pipolio en ouverture multiplexé, l’état juridique du titulaire doit passer à 4 ou à 8 : problème philosophique dont je n’ai aucun avis.

 Bon, c’est pas tout ça, mais je vais faire un peu d’air guitar.

 Benlori

Published in:Uncategorized |on avril 25th, 2016 |No Comments »

I like to move it….

Ola amigos,

 Samedi, je battais le pavé entre République et Nation afin de défendre mon statut de salarié mis à mal par un patronat toujours plus vil et fourbe.

 Sa dernière trouvaille étant de me séparer de mon équipe du Crédit Guignolais pour m’expédier dans des bureaux moins chers, moins grands, peu éclairés, remplis de cafards, et de cancrelats à l’autre bout de Paris. Ce changement aura lieu la semaine prochaine à une date inconnue car évidemment, tout se fait en douce, et appris par la « rumeur ». Avant que mon commercial finisse par avouer qu’effectivement, on allait devoir travailler dans une cave pour économiser quelques deniers en locaux flambants neufs.  

 A la place d’une station de travail normale, on aura un vague TO7 trouvé dans une brocante, et tout se fera au rabais : pas de licences pour les outils de bureautique, et des écrans monochromes de 5 pouces. Et surtout un éloignement avec les collègues, ce qui promet bien des soucis de communication quand j’aurais éventuellement une question à poser. Je sens également le tabouret à la place d’un vrai siège ergonomique, sans parler du manque de toilettes pour lire l’Equipe en douce comme ça se fait partout.

 Bref, tout ceci valait bien de rejoindre samedi les manifestations organisées dans toute la France, accompagné du marxiste JL. Toutefois, je mis très rapidement mon veto de défiler sous la pancarte CGT, organisme où l’ami JL est membre. C’est donc au gré du vent que je défilais, un moment avec la Jeunesse Communiste Marxiste pour des Lendemains de Merde « JCMLM », ensuite avec la MRAC « Marxiste Revendicatif Agricole Chrétien », pour finir ensuite avec la Fédération Nationale de la Pensée Libre « FNPL ».

J’aime bien ces moments de partage, ainsi je pus échanger avec un jeune trostkyste anarchiste de la fédération des insoumis, sur la pauvreté du nouvel album de Renaud, qui fait quand même vieux con aigri. Avec Clarabelle, de la Ligue des Maoistes anti-travail, on a eu une discussion, qui me tient particulièrement à cœur « doit-on obligatoirement avoir un Be Bop au 21 eme siècle ? ».  

 Bref, une bonne balade de 2 heures, avec des gens sympathiques. De quoi oublier le temps d’un samedi, l’informatique low-cost, avec ubérisation des salaires.

 Benlori  

Published in:Uncategorized |on avril 12th, 2016 |No Comments »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 91 articles | blog Gratuit | Abus?