Archive for décembre, 2015

Use the Afility, Luke Skywalker.

Ola amigos,

Dernier jour à la Société Caporale. Et oui, je termine une mission de top niveau mondial avec succès, je peux donc partir réaliser d’autres grandes choses pour 2016. Franchement, je me dégoute tellement j’ai survolé cette mission, virevolté même. J’ai parfois peur de déclencher de la jalousie de la part de mes collègues qui me voient littéralement marcher sur l’eau. Enfin, je suis habitué, plus personne ne conteste que je sois un génie.

Durant cette mission, j’ai lu l’intégralité des pages wiki de la dynastie Julio-Claudienne, de la dynastie Flavienne, ainsi que le destin funeste des trois légions de Varus en Germanie contre les tribus Chérusques, Chattes, et Suèves.  Et attention, cette mission a été intégralement réalisée en Agility Process. Je vais d’ailleurs modifier mon CV pour ajouter une maitrise non négligeable de cette discipline.

Dans Star wars, ils ont la Force… En informatique, on a l’Agilité. Dans les deux cas, personne ne sait trop ce que c’est, mais c’est surpuissant.

 En Agilité, il y a un processus itératif. Toto a un besoin, il ne sait pas l’exprimer correctement, on lui livre donc une première version d’un logiciel qui ne fait pas ce qu’il voulait. Toto va prendre conscience que ce qu’on lui livre n’a aucun sens, mais il va lui-même admettre qu’il n’avait pas correctement énoncé ce qu’il voulait. Il va donc affiner sa demande qui ne sera toujours pas aboutie. On livre alors une seconde version complètement bugguée, mais en voyant ces bugs, Toto affinera encore davantage son besoin. Pour la troisième itération, on change les hommes, car il est dit que les hommes sont interchangeables et doivent s’épanouir ailleurs. Et donc le projet est abandonné car Toto parti, son remplaçant Zozo n’a plus les mêmes lubies. Et voilà, un beau projet qui se finit bien. On fait alors un banquet et on se congratule.

 Revenons à ma mission, on me fait venir pour savoir si les Chérusques auraient pu s’entendre avec les Romains, après tout, les gaulois se sont bien rebellés, puis ont fini par devenir des Gallo-Romains.

J’analyse le besoin, et je pars donc dans une première théorie qui dit que Varus s’emmerdait tellement en Germanie, qu’il ambitionnait plutôt de marcher sur Rome avec ses trois légions (et prendre le pouvoir à Tibérus) que de défendre son Oppidum des raids Chérusques. Mon chef me répond que mon analyse est trop centrée sur la psychologie de Varus, et me demande de revoir ma copie. J’affine donc mon analyse en développant la théorie qu’Arminius (en fait, sous ce nom Romain, se cache Erreman, un fils de chef chérusque éduqué à Rome pour devenir membre de la caste des Equidus) jouait double jeu, et ce petit enfoiré allait trahir Rome. Comme quoi, les méchants ne sont pas toujours musulmans. Devant cette deuxième itération du projet, mon chef annonce qu’il n’a plus les budgets pour me conserver, et qu’il se contentera de lire les Aigles de Rome de Marini pour 50 euros… mon expertise en a couté 20 000 mais bon, devant la folie des sommes perdues récemment par les banques, qu’est ce que 20 000 euros ?

 

C’est ainsi que se termine l’année 2015, ce fut enrichissant comme toujours dans l’informatique (surtout pour ma boite qui empoche les 20 000). C’est vraiment un beau métier quand même.

 Joyeux Noel à tous.

BenLori

 

Published in:Uncategorized |on décembre 18th, 2015 |No Comments »

La France qui gronde veut un job à la con

Ola amigos,

 Je partais travailler ce matin, la tête rêveuse, quand je croisais Pimprenella toute souriante. La belle glissait des prospectus dans les essuie-glaces des voitures. Je continuais ma route, pour constater que Bouna, le cantonnier de Clichy, était en train d’arracher la réclame des pare-brises pour les mettre directement dans sa poubelle. Ce brave Bouna, devait très certainement anticiper le fait que les automobilistes allaient jeter par terre l’affreuse publicité et lui donner un surplus de travail le lendemain. La pub était à hauteur de bras, demain, elle aurait nécessité pelle et balais pour être ramassée.

 Je me souviens du projet Tracfin que je devais gérer chez Pipolia Assurance. En étudiant les fichiers émis à l’administration fiscale, mon brillant cerveau avait immédiatement analysé que ce qu’on envoyait, était faux. Je m’en inquiétais auprès de ma responsable qui me retoqua que personne n’avait rien vu, et que très certainement, personne n’avait jamais regardé les fichiers, et que tout le monde s’en foutait. Mais bon, il fallait produire des fichiers, ils pouvaient être justes ou faux, ce n’était pas le plus important. L’important, c’était de générer du vent.

 Je vous parle d’une époque passée. Actuellement, c’est encore pire. On fait de l’Agilité. Je bosse pour une sorte de projet analogue à Tracfin, mais pour le fisc italien et espagnol. Ceux ci réclament des fichiers mais nous laissent libre d’y mettre ce qu’on veut. Le résultat n’est donc ni faux, ni juste, on fait ce qu’on veut. C’est ce qu’on appelle la première itération de la méthodologie Agile, on ne sait pas ce que le fisc veut (aucune spécification fournie), on livre donc un programme qui ne fait pas grand-chose, mais qui remplit la fonction « on nous réclame un fichier, on vous en donne un ». La méthodologie Agile préconise ensuite d’autres itérations, c’est-à-dire que progressivement, on va alimenter quelques zones, le temps que l’Italie se décide à nous fournir ses désidératas.  En Agilité, peu importe les gens. J’ai initié cette première partie, mais je ne serais pas là pour la suite. Et oui, je me casse de là, j’ai mis fin à cette parodie qui n’a que trop duré. Donc le suivant devra faire sans mon savoir. Je ne lui dirais jamais pourquoi j’ai arbitrairement mis 108 dans la zone Ingregatio-Capito. 108 étant le nombre de yagos réalisés par le Grand Nancy Handball depuis le début de la saison. J’aurais pu mettre l’âge du capitaine, mais j’ai décidé que le nombre de yagos était plus pertinent. En Agilité, comme son nom l’indique, on est très souple, on est encouragé à faire strictement n’importe quoi. Bien entendu, je pars sans laisser la moindre documentation. Ron Hubbard, le créateur de l’Agility Process a prophétisé que « vaut mieux pas de documentation, qu’une documentation pas à jours ». Mon successeur devra donc être « agile », et comprendre ce que mon cerveau maladif a bien pu inventer en lisant directement le code source du programme.

 Hier, le peuple était mécontent, il a failli mettre Phillipot au pouvoir car sa région, l’état, ne fait rien pour lui. Le peuple veut du travail. Le peuple a faim. Le peuple gronde. Le peuple veut des jobs à la con…. Tout le monde souhaite distribuer des flyers qui finiront dans une poubelle, 2 minutes plus tard. Tout le monde veut être consultant en agility process pour apprendre aux directions informatiques à créer, en mode itératif, des fichiers qui n’ont strictement aucune utilité. Personnellement, je ne gronde pas, je n’ai d’ailleurs pas été voté, j’ai déjà mon job à la con, je n’ai pas à m’emporter contre nos élites.

 BenLori

Published in:Uncategorized |on décembre 14th, 2015 |No Comments »

Cop21, je te hais !

Ola amigos,

J’en suis à mon trentième yaourt aujourd’hui. Et je n’en peux plus de manger cette merde. Mais j’ai opté pour un régime constipant pour sauver la planète.

En effet, nous sommes en pleine Cop 21, dont le but est quand même, et ce n’est pas rien, de sauver la galaxie. Franchement, à côté, savoir si l’entretien du lycée Poincaré de Nancy sera géré par ce benêt de Phillipot ou par un autre, il n’y a pas photo.

Alors, voyez vous, les produits laitiers contiennent du calcium, élément nutritif qui contracte les muscles du colon et du sphincter, et donc nous constipe. Ce régime laitier fait que je produis 35% de pets en moins et de déjections diverses. Bref, à mon petit niveau, j’émets moins de gaz de pet donc du CO2, du méthane etc…

J’ai aussi proposé à mon chef, de ne plus allumer mon PC la journée. En effet, je suis sur un projet en mode « Agile », ce qui consiste à faire strictement n’importe quoi, et de livrer des logiciels buggués, voire ne rien livrer du tout, faute de spécifications fonctionnelles.

Mais devant son refus, j’ai donc du allumer mon PC. Et comme je n’ai strictement rien à faire au bureau, je lis pleins de choses sur internet, sautant du coq à l’âne. La semaine dernière, je lisais le règne des empereurs romains, j’ai alors vite compris que l’auteur de Games of Throne, ne s’est pas emmerdé très longtemps, il a repris les intrigues du règne de Septimus Severe ou de Neron. Enfin, passons.

Aujourd’hui, je lisais des articles sur le tennis, sport que je ne pratique pas, que je ne regarde pas, que je n’apprécie pas mais quand on s’emmerde, et que l’on est à son 27eme yaourt, on perd un peu tout sens commun. C’est ainsi que je découvre que la France doit affronter le Canada en coupe Davis en mars. Le Canada est représenté par le surpuissant Milos Raonic, un serveur de top niveau mondial, il est au tennis, ce que je suis à l’informatique, une sorte de génie. Pour le déstabiliser, il vaut mieux jouer dehors car le vent gênera son lancer de balle, et choisir la terre battue, surface plus lente. Or, en mars, difficile de garantir qu’il ferra assez beau pour jouer en extérieur au tennis. Mais, voilà, on va donc délocaliser le match dans nos anciennes colonies (Guadeloupe, Ile Kerguelen, Atoll de Clipperton) et importer 400 tonnes de terre sur un ilot pour que trois glandus jouent un week end au tennis.

Et là, le yaourt ne passe plus… je suis en train de modifier mon alimentation pour sauver l’univers, et nos dirigeants n’hésitent pas à affréter un cargo de briques pilées pour amuser trois iliens !!!! J’ai quand même franchement l’impression de passer pour un con. On passera sur le cout de l’opération, chiffré à 1 million (ça sera donc 2 car quand un projet est évalué à X, il y un autre X qui est détourné par des bandits).

Dimanche soir, les analystes se demandaient pourquoi les cons votaient FN, et les moins cons s’abstenaient. J’ai bien une explication laitière de ce phénomène électoral. Mais j’ai peur de ne pas être pris au sérieux.

Dans le genre sérieux, gros dilemme ce mardi, vais-je voir CJ Ramone ce soir, pour enchainer par Hugh Cornwell demain ? Entre deux concerts surpuissants, il faut normalement ménager du repos pour les oreilles. Déjà que j’ai le colon et le sphincter en vrac.

BenLori

Published in:Uncategorized |on décembre 8th, 2015 |No Comments »

gestion de projet

Ola amigos,

Mon ORL me conseille de me faire opérer des polypes nasaux. Le hic, c’est qu’avant de subir cette intervention, il faut :

-          Le voir une première fois pour qu’il fasse une première analyse

-          Aller passer un scanner

-          Le revoir avec les résultats

-          Passer une prise de sang

-          Le revoir pour analyser la prise de sang

-          Passer un toucher rectal

-          Repasser le revoir pour analyser les traces de slip

-          Voir un anesthésiste

-          Etc….

Bref, c’est long et fastidieux. Or, je suis comme un enfant gâté, je veux tout, tout de suite. Ca commence à bien faire tous ces examens. C’est un peu comme à la Société Caporale, je viens tous les jours, pour un projet, parait il, vital, mais je dois venir une fois pour qu’on m’explique qu’il faut patienter le temps que le fisc italien envoie les documents, puis attendre, revenir pour rien, attendre, aller à des réunions pour demander où on en est, attendre. Or, moi, je veux avancer, tout casser, battre le record du monde du programme écrit et fanfaronner que c’était enfantin et partir la tête haute en paradant tel César sous l’arc de triomphe.

Pour mes problèmes de santé, j’en suis à la phase : prise de sang. Problème épineux, le centre de Clichy est bondé le samedi matin. En semaine, en partant au travail, il y a également une file de 100 personnes devant la porte dès 7h30 pour une ouverture à 8 heures. Le soir, ils ne font plus les analyses, ils ne font que remettre les résultats. A noter que le samedi matin, la queue est composée à 70% de vieux. Ceux-ci pourraient aller en semaine se faire pomper mais ça leur ferrait rater « amour, gloire et passion » le soap de TF1.

J’ai donc tenté la samedi très tôt, le samedi plus tard, le soir, le matin en semaine, et rien à faire, des tas de gens faisaient la queue. Bref, ça commençait sérieusement à m’énerver et je voulais laisser tomber. Avant que je réalise qu’il y avait un labo à 50 mètres du travail.

Je m’y rends hier midi, et là, je me retrouve seul avec 4 laborantines faisant la queue pour attendre un hypothétique client…. J’hallucine un peu… « vous êtes fermés ? Vous êtes en rupture d’aiguilles stérilisées ? » On me répond que non, le centre est ouvert. Je demande « mais y a pas de vieux ? ». la Laborantine me rappelle qu’il est 12h15, et que les vieux regardent pour la 70eme fois Derrick sur Antenne 2, surtout que ce midi, c’était l’épisode mythique où Horst Tappert bouge pour prendre un stylo.

Voilà, j’ai donc validé l’étape « passer la prise de sang ». Par contre, à la Société Caporale, j’en suis toujours à la phase : j’attends les documents italiens.

Bref, quand je suis pilote du projet « me faire opérer », je ne dis pas que le projet avance très vite mais j’arrive à progresser, passer les difficultés, surmonter les vieux qui encombrent le système de santé. Par contre, les projets où on m’a mis comme sous-grouillot de sous merde, rien n’évolue. C’est très vaniteux de ma part, mais je suis sous utilisé à la Société Caporale. Si on m’avait mis chef de projet, j’aurais été en Italie directement pour aller chercher ces putains d’informations demandées, j’aurais fait marcher mon réseau, ma mère Italienne, mes grands oncles Piémontais. J’aurais levé une armée pour reprendre Ferrara.

 Bon, il est 9h30, je vais aller lire les histoires de sextape de Benzema sur Internet

 BenLori

Published in:Uncategorized |on décembre 3rd, 2015 |No Comments »

Agilité

Ola amigos,

 Ma mission infernale à la Société Caporale prenant fin, et après avoir menacé de démissionner, ma boite a eu la très bonne idée de me représenter à la Société Caporale pour une nouvelle mission. Certes, dans un service différent mais enfin, je me demande parfois si je m’exprime en français. Quand j’indique à mon commercial que je viens travailler ici en dormant 2 heures par nuit, le ventre noué, dans un état de stress permanent, il devrait comprendre que la cause du problème provient probablement de l’environnement de travail.

 Et donc hier soir, entretien. Je suis accompagné de Mélanie Dugenou, la commerciale souriante qui, on va le voir plus tard, le perdra assez rapidement. Je dois me présenter à Quentin Polio, chef de service et Sylvie Nanisme, chef de projet. C’est du tout cuit, le poste est réservé à une personne de ma société, Sylvie est également une prestataire de ma boite. L’entretien est inratable.

 J’attaque ma présentation : mission réussie ici, chef d’œuvre codé là, projet achevé avec brio par ici, bref, un grand numéro de ma part. C’est simple, j’ai tout réussi partout, et je suis le meilleur du monde. Jusqu’ici tout va bien, et arrive la dernière mission, la Société Caporale. Et là, j’indique n’avoir jamais vu un foutoir pareil, pas de méthodologie, pas de spécifications, après 2 mois de présence ici, je n’ai toujours pas la moindre idée de ce que veut le fisc italien et espagnol. Il faut que je leur fournisse des fichiers, mais personne n’est capable de me dire ce qu’ils contiennent.

 Par corporatisme, Polio se sent attaqué, et il se met à défendre la Société Caporale. Et donc ce n’est pas le foutoir, c’est la méthodologie Agile qui impose qu’on travaille dans le flou total. Ne pas avoir de spécifications, c’est Agile. Improviser tout le temps, c’est Agile. Ne rien commenter, ne rien rédiger, c’est Agile. Et donc Polio passe à l’attaque et se met à douter de ma capacité à être Agile.

Et là effectivement, je baisse les bras, sous le regard attristé de Mélanie Dugenou, et je révèle qu’effectivement, je ne suis pas Agile.

Petit, il m’était insupportable de rendre un devoir bâclé. Or, si j’ai bien compris le truc, l’Agilité, c’est rendre des trucs pas terribles pour satisfaire le client dans les délais imposés. Le temps qu’il remarque qu’on a livré une grosse merde, il a lancé d’autres projets, il regarde ailleurs. Donc le projet merdique vivote, il rend service à 50%, et c’est déjà bien. De plus, le turn over est tellement important, que le type qui a écrit le gros paquet de merde, ne sera pas celui qui devra le maintenir. Et c’est même ainsi que le « golem » s’auto alimente. On rend des grosses merdes, qui permettent d’embaucher des gens pour réparer la grosse merde. Ces nouveaux devant être « agiles », c’est-à-dire capable de comprendre comment fonctionne ce gros caca immonde, non documenté, codé à la va vite, testé sommairement et donc bourré de bugs grossiers.

Je venais de me saborder. Le sourire de Mélanie avait disparu, la petite voyait sa prime de placement s’envoler. J’en suis le premier désolé.

 Il me reste un mois à tenir ici, j’ai au moins appris hier, que je faisais de l’Agilité. Donc je vais peut être mieux dormir. Je code n’importe quoi depuis deux mois, mais ça fait parti de la méthodologie.

 BenLori

Published in:Uncategorized |on décembre 1st, 2015 |No Comments »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 91 articles | blog Gratuit | Abus?