Archive for novembre, 2015

Savoir faire

Ola amigos,

 J’ai ressorti mes cartes dernièrement, j’avais oublié à quel point la magie émerveille petits et grands et permet de contribuer à me donner un capital sympathie dans les endroits où j’exerce mon très faible talent d’informaticien.

A la Société Caporale, je ne fais rien, et ça me stresse. J’ai peur de partir d’ici en laissant une trace de gros branleur même si je n’y peux pas grand-chose du fait qu’il n’y ait rien à faire. Du coup, je suis venu ce vendredi faire un petit spectacle de magie. Au départ à mon bureau, puis en allant manger, mes collègues ont témoigné de mon grand pouvoir à d’autres, qui intrigués m’ont demandé de refaire quelques tours. Et ça s’est fini au grand auditorium devant 500 personnes en délire. Outre, 1500 euros en pourboire, j’ai récupéré 5 ou 6 numéros de téléphones portables de gonzesses qui veulent passer un moment magique avec moi.

 Bref, une grande réussite.

 Au turbin, il y a le savoir faire, qui dans mon domaine consiste à coder les transferts hypothécaires par tri à bulles sous diagramme de Nyquist. Et le savoir être, qui est le capital sympathique qu’on dégage. On nous fait venir pour réaliser un projet (savoir faire), mais en fait, le recruteur inconsciemment, recherche surtout des personnalités qui lui feront oublier les attentats, les factures et sa femme insupportable, devenue peu farouche. Et c’est donc le savoir être.

Quand je partirai de la Société Caporale, je n’aurais strictement rien fait (savoir faire) mais je serais le type qui a fait traverser une pièce dans un verre, et téléporter le valet de cœur d’un paquet de cartes à sa veste de blouson. Ils oublieront très vite les 2 programmes bâclés que j’ai livrés et se souviendront à vie du type rigolo.

 Prenons, ma précédente mission au Crédit Guignolais, mon voisin de bureau Foldingue, a fait maths sups/spés, il code le transfert hypothécaire en 3 minutes avec une seule main, mais il est tellement introverti, que ça lui donne un air inquiétant de geek asocial. Pendant ce temps là, j’animais le bureau avec des questions tirées du Trivial Pursuit et j’organisais des Molkky l’été. Et là encore, beaucoup avait envie de jouer avec mon gourdin.

Récemment, j’ai reçu un mail de mon ancien chef se demandant si j’étais disponible pour revenir animer un peu ses équipes. Et je ne suis pas sur qu’il ait pensé à envoyer le même mail à Foldingue pour compléter ses effectifs.

Georges Freche avait théorisé tout ça en politique « j’ai fait deux campagnes en parlant aux gens d’économie, je les ai toutes perdues, maintenant, je raconte des histoires de cul sur les marchés et je n’ai plus jamais perdu une élection ». (j’ai la flemme d’aller chercher la citation exacte mais c’est dans ce gout là).

C’est triste à dire, mais la compétence technique, l’expertise, en fait … tout le monde s’en fout. Tout ce qui compte, ce sont les vannes, la gaudriole.

 Encore récemment, à table je croise une tête connue, mais je ne me souviens plus de qui il s’agissait. Par contre, lui, se souvenait très bien de moi. Je l’avais marqué non pas parce que j’avais codé les transferts de fonds asymétriques par retropulsation de Joules/Fournier, mais parce que je le cite : « hey, t’es le mec qui a été viré à cause de son blog marrant ». Et oui, c’est bien moi.

 BenLori

Published in:Uncategorized |on novembre 27th, 2015 |No Comments »

Pour lire cet article - c’est payant.

Ola amigos,

« Il faut que des jeunes français veulent devenir milliardaires » Emmanuel Micron.

Et comment on devient milliardaire ? Et bien en devenant entrepreneur. Et qu’est ce qui empêche les jeunes français de devenir milliardaires ? Et bien, les contraintes, les RTT, le droit du travail, les ponctionnaires. Pour notre sinistre de l’économie, nous devons tous être auto-entrepreneurs. L’idée est que chacun monte sa boite, devienne prestataire assumant tous les risques, on serait tous des Uber-entrepreneurs. Je vends deux heures de cours de maths par ci, trois heures de covoiturage par là, et pourquoi pas facturer les quelques coups de bites que je donne auprès d’une riche clientèle russe ?

On s’oriente vers une société où on n’aurait plus que des rapports marchands, c’est cool, non ?

Heureusement, tous les ans, des barbus dézinguent quelques compatriotes et on retrouve alors nos valeurs universelles. On se recueille, on prie, on chante la Marseillaise, et on va tous mettre une bougie devant le bataclan et on se dit « c’est chouette cette solidarité devant l’horreur ». Le reste de l’année, on doit suivre les préceptes de Macron (c’est drôle, sa thèse de philo porte sur l’intérêt général) : je jalouse le ponctionnaire, je crache sur le code du travail qui attribue plus de RTT à untel qu’à moi, et j’essaie de devenir milliardaire à tout prix, quitte à marcher sur la gueule de mon voisin. On ne peut pas tous devenir milliardaire. Comme disait Le Bon au Truand, il existe deux types d’hommes, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent.

Devenir milliardaire n’est pas chose aisée, personnellement je n’y arrive pas alors que je suis quand même une sorte de génie de l’informatique (la codification interbancaire par rétrocession Tracfin, c’est moi, on ne le rappelle jamais assez). Je suis hyper souple, mon boss m’envoie sur une mission totalement débile, j’y vais sans sourciller… et rien à faire, les milliards ne viennent pas.

Je me faisais la réflexion que cet été, lorsqu’un passant me demandait quel était cet étrange jeu auquel je jouais, je proposais une initiation gratuite. Mais quel con, la partie de Molkky, c’est 10 euros dorénavant. Et si t’es pas content, on se retrouvera uniquement après de futurs attentats dans un moment de communion collectif.

Avec le projet de société de Manu Micron, je ne sais pas si les jeunes deviennent milliardaires, par contre, il semble que beaucoup finissent djihadistes.

Benlori

Published in:Uncategorized |on novembre 20th, 2015 |No Comments »

Memento pour les inquiets

Ola amigos,

Ce week end, pas moins de 9 personnes m’ont envoyé un mail ou appelé au téléphone pour savoir si j’étais au Bataclan. Etrangement, peu m’imaginait au stade de France. Alors qu’objectivement, je fréquente plus les enceintes sportives que les salles de concert. Ma dernière sortie fut un Massy-Grand Nancy Handball et mon dernier concert remonte au printemps avec L7 …. au Bataclan.

Comment se fait il que les gens m’imaginent possiblement en train d’écouter les Eagles of Death Metal plutôt qu’en train d’encourager nos vaillants bleus en découdre avec les terrifiants allemands, champions du monde de footix ?

Est-ce mon corps tatoué ? Ma crête iroquoise ?

 Ma mère, elle, a été rassurée rapidement mais sur de mauvaises bases. En effet, elle a entendu surement dans la presse, que les Eagles Of Death Metal étaient justement du Death Metal. Or ma mère sait que j’écoute du punk anglais, ou des dérivés (proto punk, punkobilly, psychobilly, rock garage) et donc elle comprit rapidement que je ne pouvais pas être à un concert de Death Metal ou affilié (Grindcore, Trash, Crust, doom metal). Bref, ma mère a fait ce raisonnement faux : il se jouait au Batclan un concert de Metal, or mon fils est un punk, et donc il n’était pas présent là bas. La conclusion est juste, je n’y étais pas mais en fait, les Eagles ne sont absolument pas un groupe de Metal.

Bref, à l’avenir et puisqu’il est, hélas, certain que de tels événements se reproduiront, et immanquablement, vous vous inquiéterez pour moi (c’est très touchant d’ailleurs). Voilà la marche à suivre pour savoir si vous devez vous inquiéter ou pas.

 1/ Ne pas écouter la presse. Si un journaliste dit qu’il y a un concert de Metal au Bataclan, alors vous pouvez être sur que cela n’en est pas, sauf si c’est Philippe Manœuvre. Mais il est rarement invité lors des soirées spéciales attentats sur BFMTV.

 2/ Donc quand jouent les Eagles of Death Metal au Bataclan et que la presse annonce que c’est du Metal, sans que ce soit confirmé par Philippe Manœuvre, vous devez hélas faire une démarche personnelle et remplacer la presse (d’une manière générale, tout ce qu’annonce BFM TV est probablement faux). Et donc vous devez vous documenter sur ce groupe. Là, vous notez la date de création du groupe, la typologie, et tout un tas de renseignements sur eux.

Par exemple, si un groupe qui a joué en première partie de U2, vous êtes sur que jamais je n’irais le voir, c’est éliminatoire. Ensuite, il faut reconnaitre que mon éducation musicale a été faite par mon grand frère dont le nom d’artiste est « Vil ».

« Vil » a un âge certain, et donc les groupes que j’écoute via son intermédiaire ont aussi un âge avancé. Si on prend nos Aigles du Death Metal, ils se sont formés en 98. Or, je le regrette d’ailleurs, mais je n’écoute rigoureusement aucun groupe qui se soit formé à cette époque. Je ne connais pas Sh’ym, Justin Bieberon, et pas davantage les Eagles of Death Metal. C’est trop récent.

 3/ Si à travers vos recherches, vous découvrez que le groupe qui a subi l’assaut,  est de typologie : punk, crée avant 1988, alors là seulement vous pouvez m’envoyer un mail pour demander des nouvelles. Vous pouvez aussi contacter « Vil » si jamais je tarde à répondre.

Voici donc un petit TP pour vous, amis lecteurs inquiets.

Si une tuerie a lieu pendant le concert des Toy Dolls …. Vous vous inquiétez ou pas ?

Si un déséquilibré barbu actionne une charge lors du concert des Slits, vous m’envoyez un mail ou pas ?

Si la Cigale est attaquée pendant une prestation des Ramones ? Vous vous faites du mouron pour moi ?

 

 

BenLori

 

PS réponse au quizz

1/ Oui, vous pouvez vous inquiéter, mais je dois probablement pogoter devant, or, les attaques ont lieu par l’arrière donc inquiétude mais les balles ont probablement été arrêtées par les autres spectateurs.

2/ Non, je n’y suis pas, les Slits, sont classées punkettes mais c’est davantage du dub ou du reggae. En prime, la chanteuse a déjà assisté à un concert de U2.

3/ Mais vous êtes nuls ou quoi, ils n’existent plus. Si BFMTV annonce un attentat lors d’un concert des Ramones, c’est qu’ils font encore plus forts dans la désinformation que d’habitude.

 PS2 : désolé de prendre ces événements à la rigolade, mais c’est ma façon de dire que je n’ai pas peur des barbus.

 

Published in:Uncategorized |on novembre 16th, 2015 |No Comments »

Pression immense

Ola amigos,

 La Société Caporale se trouve le couteau sous la gorge, le fisc milanais réclame des données comptables avant la fin de l’année. Fatalement pour une mission urgente, il faut la crème de l’informatique, et donc, vous ne devinerez jamais qui a été choisi ? Bah, c’est moi, bande de rollmops.

 Arrivée dans les locaux de la Société Caporale en octobre,  on m’explique alors le projet, les enjeux, la pression immense qui repose sur mes frêles épaules. Si le fisc italien n’a pas ses reportings Couguar avant la fin de l’année, ce sont des centaines de milliards d’amendes qui vont pleuvoir.

Je ne suis pas homme à me laisser impressionner, je laisse donc 1 mois pour m’imprégner du sujet, et rassurer mon nouvel employeur de la faisabilité du boxif. Bref, pendant 1 mois, je m’imprègne en lisant l’Equipe pour comprendre la culture Italienne, mais aussi Handzone, Handnews, et quelques autres sites du même style afin de réaliser que les italiens ne jouent pas au handball. Mais c’est important de faire ce constat. Un peuple qui ne joue pas au handball, ça doit être sérieusement sournois et vicieux. Bref, si ils n’ont pas leurs fichiers avant la fin de l’année, ça risque de craindre pour moi.

 J’attends le 11 novembre pour commencer les hostilités. En effet, ça serait malvenu de se jeter dans la bataille avant cette date, un peu de respect tout de même pour nos anciens combattants. Le 12 novembre, je lis le cahier des charges. Et j’établis alors rapidement un diagnostic. Il est simple et sans appel « mais c’est du pipi de sansonnet ce projet ». 4 programmes à écrire, les 4 sont construits sur le même modèle. Bref, c’est faisable par un salarié cotorep, invalide à 200%, même entièrement trépané. C’est simple, à parti de maintenant, je laisse mon cerveau chez moi avant de me rendre dans les locaux de la Société Caporale. Il ne servira pas.

Aujourd’hui, je suis venu en me fixant l’objectif d’écrire le premier programme, avec possiblement les tests à réaliser lundi prochain. Mais, voilà, la programmation et les tests m’ont tenu en haleine uniquement ce vendredi matin. Si on pense que les trois programmes restant seront très inspirés de celui codé ce matin, on peut donc dire que, si je m’y mets sérieusement, ce projet urgent nécessitant une expertise hors norme, sera bouclé en 2 jours. Bon, allez, on va dire une semaine si on ajoute un peu de suivi, de documentations.

 Bon, j’ai jusqu’au 19 décembre…. Ça augure des journées à roupiller. Mais on comprend mieux pourquoi les banques facturent maintenant la tenue des comptes dépôts. Il faut bien payer les projets informatiques pharaoniques.

 BenLori

Published in:Uncategorized |on novembre 13th, 2015 |No Comments »

Principe de Dilbert

Ola amigos,

 Fin octobre, Jean Patrick Paltoquet, un type de ma boite que je ne connais pas, dont je n’ai jamais entendu parler, m’envoie un mail me demandant de détailler mon activité à la Société Caporale. Il me joint un fichier excel où je dois indiquer si j’ai travaillé x jours en maintenance évolutive, y jours en projet neuf, z jours en suivi de projet etc….

 Là, grosse problématique, je ne sais toujours pas pourquoi la Société Caporale a fait appel à moi. Donc je ne sais pas ce que je fais assis devant un PC, 8 heures par jour. On m’a bien donné un badge d’accès, un compte pour me connecter à l’informatique de cette entreprise mais en 1 mois, personne ne m’a expliqué ce qu’il attendait réellement de moi. Et donc, je dois pointer sur quelle ligne budgétaire ? Jean Noel Paltoquet a visiblement oublié la ligne budgétaire « autre » ou « bullage ».

Donc je me suis senti obligé de lui répondre que j’avais travaillé en octobre, 17 jours, mais que je ne pouvais pas remplir son tableau car « n’ayant pas compris les raisons de ma présence à la Société Caporale, je vous laisse remplir votre tableau à votre convenance ». Voilà qui défoule et qui exprime une nouvelle fois, ma colère d’avoir été placé ici. Et si on me vire pour arrogance comme en 2002, j’en serais le premier ravi même si ça va plomber les statistiques du chômage du gros Hollande.

 Mais voilà, j’avais oublié le principe de Dilbert. Jean Marc Paltoquet par sa signature de mail, se présente comme directeur de projet. C’est donc visiblement un type placardisé pour incompétence totale, qui se retrouve à un poste encore plus nul que le mien, à envoyer des fichiers excel en fin de mois à des prestataires informatiques. Donc le mec n’en a strictement rien à faire que je m’erre sans but à la Société Caporale. Lui-même est également dans une situation analogue. Etant très mauvais, on lui a demandé de faire ce job, car il est certainement trop con pour faire autre chose.

Mais du coup, je réalise que je suis peut être en situation de principe de Dilbert. Je vous le rappelle brièvement.  « Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : ceux de managers. »

Or cet été, Florence Morano ma grande chef m’avait félicité de ma mission réussie au Crédit Guignolais et m’avait promis une promotion, de l’argent, des femmes (heu.. je m’égare). Au final, je suis, probablement, dans la mission la plus merdique que j’ai connue en 18 ans de carrière. Bref, la promotion est un joli placard à la Dilbert.

BenLori

Published in:Uncategorized |on novembre 4th, 2015 |No Comments »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 91 articles | blog Gratuit | Abus?