Archive for mai, 2014

A night with the Toy Dolls

Ola amigos,
Samedi soir, alors que le peuple français se demande si il doit rejeter ou pas l’europe, pour ma part, je joue l’ouverture en allant voir les anglais des Toys Dolls.
Direction le bataclan par une journée pluvieuse, 19h sur le billet mais ça ne commencera pas avant 20h, donc je poireaute à mater la faune, on trouvera du vieux punk, aux enfants de celui ci avec notamment une petite puce équipée d’un casque anti bruit. J’aperçois même Croc, l’éditeur/créateur de jeux, hélas, je n’ai pas mes règles de Bitume à lui faire dédicacer.

Première partie : Effelo et les extraterrestres
Du sous Wampas, et pour cause, j’apprendrais ensuite de la part du bloggueur Matthieu que j’ai évidemment croisé, qu’il s’agit du groupe du fils de Didier Wampas. Donc, c’est en Français (aie), ça ne se veut pas sérieux comme son papa, mais bon, autant aller voir l’original. Bref, je m’emmerde sec, je pars m’assoir dans un coin, toujours à mater la faune. Le style se veut dérision à outrance avec une reprise de Sabine Paturel en mode punk/rock à 200 à l’heure. Bon… ça me passe par dessus la tête complètement.
Seconde partie : The Toys Dolls
35 ans de carrière, chaque tournée s’appelant la dernière tournée avant la dernière. Le Bataclan affichera complet avec pas mal de fans connaissant tous les textes par coeur (dont Croc). Et ça tombe bien, car c’est du punk participatif; la foule étant conviée à reprendre les refrains, ce qui donnera un set super festif.
Déjà, on ne peut pas rester insensible au look cartoonesque du trio : costard rouge avec petite cravate, lunettes de soleil colorées, crête rouge pour l’un, décolérée jaune explosée pour le bassiste et la voix improbable du leader du groupe. Le jeu de scène est aussi bien rodé, guitariste et bassiste alternant les courses dans tous les sens, plus quelques lancers de confettis qui donnent une atmosphère juvénile. Et donc 35 ans qu’ils écument les salles de concert, mais ils semblent heureux, et ça se communique à la salle qui pogote à tout va. D’ailleurs merci à la grosse en sous tifs de m’avoir collé sa main dans la tronche. Mais bon, je me suis bien amusé, j’ai sautillé comme un débile, repris des paroles que je ne connaissais pas forcement.
Un petit aperçu : https://www.youtube.com/watch?v=9X4DWpWpLKs

Benlori

Published in:Uncategorized |on mai 25th, 2014 |No Comments »

encore raté

Ola amigos,

Il y a deux semaines, j’étais reçu par une consultante en ressources humaines puisque je postulais à un poste de top niveau mondial dans une grande institution financière de première ordre. Enfin, disons plutôt qu’une chef de cette notable entreprise, a remarqué mon talent surnaturel et m’a encouragé à postuler.

Je n’ai aucune nouvelle depuis, ce qui me fait dire que j’ai dû merder dans la colle durant cet entretien. 

Cet entretien commençait par une série de tests,  sur internet où j’ai dû répondre à 90 questions du genre : « diriez-vous que vous êtes 1/ travailleur 2/ organisé ? » Puis 5 questions plus tard, on me posait la même question formulée différemment « Qu’est-ce qui vous caractérise le plus 1/ votre sens du travail ? 2/ votre capacité d’organisation ? ». Ce questionnaire, nommé Papi, donnerait  mon profil psychologique.

 

Lors de l’entretien, j’ai récapitulé ma brillante carrière, n’omettant rien, mes licenciements en chaîne, mes coups de gueule légendaires, mais aussi mon expertise technique, sans oublier,  mes réussites professionnelles comme la digitalisation des contrats Pipolios sous surveillance tracfin. Après deux heures de bavardage, la nana me demande alors de faire une synthèse par écrit de toutes ces pensées décousues.

 Au final, elle finira par me dire que mes deux heures de parlote, confirmaient le test Papi et donc que j’étais misanthrope, acariâtre, orgueilleux, taré, feignant, et que les rapports sociaux ne m’importaient guère. Finalement mon cas était tellement désespéré qu’elle se mua en bonne copine et finit par me dire que pour mes prochains entretiens, je devrais corriger mon discours, mentir, être plus fourbe, calculateur, manipulateur, et ne surtout jamais dire la vérité, bref être une vraie saloperie ambulante. Du coup, elle finit par me demander si j’avais d’autres pistes pour appliquer ses recommandations. Ce à quoi, je répondis, encore une fois, maladroitement, en disant que je ne cherchais rien du tout, que c’était ma chef qui était venue me chercher et qui avait fini par me convaincre de postuler. Parce que franchement, travailler dans une banque, je ne connais personne qui mérite ça.  

Et donc depuis, aucune nouvelle… ma chef pensant que son piston suffirait à mon embauche, anticipa mon recrutement et me bazarda chef de version… de quoi comprendre que je ne suis vraiment pas fait pour ce métier. La recruteuse avait décelé que j’étais un solitaire, frapadingue, totalement incapable de travailler en équipe.  Et, elle a diablement raison, je ne suis pas fait pour supporter la bande de bras cassés qui m’entourent. Les mecs arrivent à me coder des programmes qui n’ont rigoureusement aucun sens, ils n’ont même pas la jugeote de comprendre qu’ils ont réalisé n’importe quoi…. Le mec me produit un virement bancaire de Livret A euros sur le support 1000. Le type n’a même pas vu qu’il avait inversé les données et qu’il avait foutu le nom du produit financier dans le montant du versement. A 40 ans, je n’ai plus tellement envie de m’énerver même si intérieurement, ça bouillonne pas mal, et que la seule réponse à tant d’amateurisme serait un bon vieux taquet sur le crane.

Bref, j’en suis là … si je suis recruté… je vais me coltiner un tas de boulets avec la certitude de finir en burn out après 2 projets.

J’ai donc postulé à un poste que je ne veux pas…. C’est tout moi de me mettre dans des situations à la con !

 

BenLori

Published in:Uncategorized |on mai 25th, 2014 |No Comments »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 91 articles | blog Gratuit | Abus?