Archive for février, 2012

Marketing

Ola amigos,

Sur les sites de rencontre, j’ai adopté pour un positionnement marketing, haut de gamme, annonce décalée, références littéraires de haut vol, le but étant de me faire passer pour une sorte d’Eugène de Rastignac, à savoir un provincial ambitieux venant sur Paris en quête de gloire, d’amour, de fortune. Le problème, c’est que ce positionnement m’attire la sympathie de candidates âgées voire très très âgées… Prenons, ce témoignage de Gruselda par exemple : « En tant que prof de lettres, je suis émerveillée par votre présentation si fine et humoristique, j’ai envie de vous sur le champ ». Gruselda est une cougar de 52 ans… très peu pour moi avec toutes les bonnes volontés du monde.

Et oui, Balzac n’étant plus lu par les jeunes jouvencelles (la littérature a été supprimée des programmes scolaires comme l’histoire ?), je crains que mon annonce soit un peu élitiste et peu parlante pour le panel des 30-40 ans et des bimbos à seins siliconés (dont je raffole bien entendu).

 Il me faut un repositionnement marketing mais hélas, je ne possède pas une armée de conseillers comme le leader Minimo.

Celui-ci est un bon exemple de ce qu’il faut faire. Il était vu comme un crétin,  une bonne partie de son mandat (« M’dame Chazal, la princesse de Clèves, ch’comprends pas l’intérêt »). Il s’acoquine avec une artiste italienne qui lui apprend à apprécier le cinéma d’auteurs, à lire Phèdre et la comédie humaine. Le leader Minimo passait pour un être vulgaire, amateur de cyclisme et posant en lunettes de soleil sur un yacht. D’où l’idée géniale de ses conseillers en communication d’inventer le mythe que sa nouvelle épouse l’a converti à la littérature, aux arts obscurs. D’un benêt, il est ainsi devenu un mélomane raffiné, cultivé, épris de culture.

Mais nouveau hic, le leader Minimo entre en campagne, et il nous sort un discours contre les élites. Et donc, comme pour mon profil internet, il est assez malvenu de lire Balzac et d’apprécier un concerto de Schubert en mi-majeur. C’est un positionnement marketing qui vise un public trop restreint.

Et donc, revoilà, son épouse italienne qui intervient pour repositionner son époux en termes de placement de produit. Elle donne une interview où elle déclare aimer regarder « plus belle la vie », « l’amour est dans le pré ». Il est loin le temps où elle regardait Arte avec son époux lui gratouillant le dos.

 

Donc, amigos, j’ai besoin de vous. Pouvez vous mettre quelques commentaires sur mon blog en disant que je regarde les Simpsons, que je lis l’Equipe, que j’ai passé mes dernières vacances en formule club et qu’on a été ensemble voir la vérité si je mens 3 ?

Mon cousin Tommy est exclu de toute publication, je ne veux pas que mon nom soit associé à un philosophe couru dans le tout Paris.

 Et merci d’avance.

 BenLori 

Published in:Uncategorized |on février 20th, 2012 |No Comments »

Ouverture

Privet amigos,

Voilà plusieurs mois que je papote par mail avec une certaine Gruselda Popova, qui comme son nom l’indique est originaire de Syldavie (relire Tintin pour situer ce pays situé à coté de la Bordurie).

Je n’y vois qu’un retour aux correspondances du 19eme siècle. Par exemple, Balzac avec la comtesse Hanska. Gruselda me parle de son tricot, de la vie dure en Syldavie (le climat), des manifestations contre le dictateur Dimiti Poutinovski. De mon côté, j’évoque mon projet de refonte des crédits obligataires en supports euros sous surveillance débiteur. Sujet passionnant, n’est ce pas ?

Accessoirement, je corrige son français et j’apprends sommairement le Syldave (je n’ai jamais été très fort dans l’apprentissage des langues).

 Notre civilisation étant supérieure aux autres (dixit notre sinistre de l’intérieur), Gruselda envisage de venir en France début avril pour découvrir notre culture. Elle a surement rêvé devant les écrits du philosophe Tommy, devant les découvertes du chimiste Hollando-Nancéen Van Leeforte et découvrir mes programmes informatiques de haut niveau. Bref, tout ce qui constitue notre patrimoine hérité de nos racines judéo-chrétiennes.

Fatalement, nous nous verrons surement, nous prolongerons cette amitié épistolaire et éventuellement je lui ferrai découvrir l’art de vivre à la française, reconnu au patrimoine de l’UNESCO, un bon repas, discuter en refaisant le monde, une sieste, visiter un château et faire bunga bunga (autant lui faire découvrir le patrimoine italien dont j’ai génétiquement un peu hérité par ma mama). Enfin, cette dernière éventualité est très hypothétique.

Mais, ça se complique… Si Guéant évoque des évidences, il a aussi quelque peu bruni les esprits de certains. D’où quelques remarques assez surprenantes de mon entourage.

Ainsi, je devrais me méfier de Gruselda. Forcement, une Syldave opprimée probablement voilée et affiliée à Al Quaida ne vient en France que pour profiter des français, me dérober mes algorithmes pour les revendre aux institutions financières de son pays et mettre à mal l’avance technologique que mes découvertes ont permis. Elle m’aurait endormi à parler tricot pour mieux m’embobiner… (Tricot, embobiner, quel jeu de mots savoureux, non ? le jeu de mots à la française, je compte aussi lui en faire profiter). Bien sur, elle est là pour m’épouser après m’avoir drogué via un réseau mafieux piloté par le Kominterm et je ne sais quel délire… Bientôt, on va me dire qu’elle est scientologue envoyée par les Klingons pour me berner, me vamper, m’hypnotiser.

Amis lecteurs, ne vous laissez pas embrouiller par les discours ambiants, le repli sur soi, l’isolement, ce n’est pas très bon. Ouvrez-vous.

 Poka, do strétchi, chésliva (voyez comme je maitrise le Syldave, c’est ça s’ouvrir aux autres même aux civilisations inférieures).

Benlori

Published in:Uncategorized |on février 14th, 2012 |No Comments »

Chomeur

Ola amigos,

 Petite fiction qui mélange passé et futur.

Le passé, car en 2011, j’étais chômeur.

Futur, car en 2012, le peuple français par referendum a adopté la proposition du clairvoyant leader Minimo qui consiste à former un chômeur, lui proposer un poste, et le radier en cas de refus.

Je suis donc chômeur en juin 2012, les français avec un zeste de lucidité, ont écarté Hollande, pour reconduire celui qui a sauvé notre pays de tous les maux depuis 2007. On l’a échappé belle, ouf, je souffle.

 15 juin 2012 – Pole emploi de Clichy.

Paul Emploi « Monsieur BenLori, voilà, 3 jours que vous êtes au chômage, vous comprenez, vous êtes un poids pour la société et il faut se rendre à l’évidence, vous n’avez pas une expérience professionnelle, ni les diplômes nécessaires pour poursuivre dans l’informatique, secteur sinistré (concurrence Indienne, tout ça, mondialisation). Par contre, la France manque de gendarmes mobiles pour escorter les ministres, il manque 65 000 postes, surtout depuis que Morano est devenue ministre d’état, elle en recrute 20 000 pour l’accompagner. Dans sa gracieuse générosité, la France va vous payer une formation de motard.

-ah… merci !

 Juillet 2012, je suis affecté à la garde républicaine, j’apprends à faire une cravate, conduire une moto et ne pas pouffer de rire quand Morano parle (la partie la plus dure du stage).

 12 aout 2012 – Pole Emploi de Clichy

Paul Emploi « Monsieur Benlori, ça a été ? Voilà, vous avez rendez vous au ministère de l’économie, vous pouvez refuser mais dans ce cas, vous perdez votre indemnité

- Je dois aller où ?

- Rendez vous au ministère demain, vous voyez madame Michu, DRH, pensez à prendre un RIB et mettre une cravate. »

 

13 aout 2012 – Bureau de madame Michu

Madame Michu « Vous pouvez me parler de vous, monsieur BenLori ?

- Je suis titulaire d’un DESS de traitement du signal, puis j’ai œuvré en tant que chef de projet chez BZB Assurance, je modélisais les impacts des créances professionnelles sur les virements modaux , je m’ennuyais, du coup, j’ai postulé chez Pipolia Assurance.

- Vous vous ennuyiez, comment ça ?

- Bah, je parle 12 langues, j’écris de la poésie, je lis de la philosophie, je m’intéresse à énormément de choses, du coup, le poste chez BZB ne me stimulait guère intellectuellement, alors à un moment, j’ai cherché autre chose et donc j’ai trouvé un poste de directeur de projet chez Pipolia, je devais rédiger des devis pour les développeurs Kazakh, c’était un poste stimulant puisque je pouvais pratiquer un peu le Russe, l’Ouzbekh et le dialecte Turkoglu.

- Et pilotez une moto en fréquentant Morano, ça ne vous fait pas peur ?

- Disons que j’ai plus l’habitude de discuter philosophie des sciences avec mon cousin Tommy, mais je suis ouvert, j’ai aussi un intérêt pour la sociologie, l’ethnologie et c’est une expérience surement stimulante de côtoyer une huitre.

- Très bien, il me reste quelques candidats à voir, on vous recontactera sous huitaine. »

 Fin aout… le ministère ne m’a pas rappelé….

Et oui, il y a un petit problème dans le raisonnement du Leader Minimo, c’est l’employeur qui sélectionne ses grouillots et non l’inverse. Certes, le leader Minimo place son fils et ses amis où il veut, mais dans l’économie réelle, le dernier mot revient à l’employeur à travers un entretien de motivation…. Or je ne suis pas persuadé qu’un type à qui on impose un poste, soit hyper motivé. Un employeur pas trop con, sait bien qu’en terme de productivité, embaucher un type non motivé, est une catastrophe. Celui-ci, ne s’implique guère dans son boulot, voire freine des pieds, ouvre un blog anarchisant.

 Bref, encore un gros n’importe quoi.

 BenLori

Published in:Uncategorized |on février 10th, 2012 |1 Comment »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 91 articles | blog Gratuit | Abus?